Actualités régionales

Vers un changement pour les études de médecine ?

05 septembre 2018 à 09h26 Par Léo Fichou
Des étudiants en médecine.
Crédit photo : DR

Le gouvernement va s'attaquer au système d'études de médecine. Le gouvernement souhaite en finir avec le numerus clausus et le concours en fin de première année. Pour remplacer ce système, deux options sont à l'étude.

Le système actuel est en place depuis plus de 45 ans. Mais désormais, le gouvernement veut supprimer le numerus clausus (système de limitation du nombre de personnes admises à concourir, à exercer un métier ou à recevoir un grade) et mettre fin au concours en fin de première année de médecine. Jusqu'à présent, ce système permet de limiter le nombre de médecins en France grâce au concours qui est très sélectif. Ce concours actuel est également très décrié : en moyenne, un seul candidat sur sept est sélectionné. L'an passé, sur environ 60 000 candidats, seulement 8 200 ont été reçus en médecine. 

À plusieurs reprises, Emmanuel Macron et Édouard Philippe ont rappelé qu'il faut diversifier le recrutement des futurs médecins et praticiens. Et pour remplacer le système en place actuellement, chaque université mettra en place des partiels. Deux autres options sont avancées par le gouvernement :

  • Laisser chaque université décider du nombre d'étudiants qu'elle souhaite accueillir et former.
  • Garder une forme de sélection mais cette fois, à la fin de la licence (en troisième année) avec la possibilité d'un concours.